Stalags VIIIA, VIIIC  Index du Forum Stalags VIIIA, VIIIC
Photos et informations sur les Stalags VIII A et VIII C où Danhier Henry fut prisonnier
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Bienvenue  
Bonne navigation à vous, Invité , sur le forum Stalags VIII A, VIII C
Le stalag VIII A aspect général, historique....
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Stalags VIIIA, VIIIC Index du Forum -> Stalag VIIIA -> PHOTOS Le Stalag VIIIA de Görlitz -> Vie quotidienne et histoire du stalag
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
bigornéa
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2008
Messages: 607

MessagePosté le: Ven 26 Sep 2008, 13:44    Sujet du message: Le stalag VIII A aspect général, historique.... Répondre en citant

Plan du StalagVIIIA dessiné par l'abbé J Brossard
 

 
 
Carte

 
Vue aérienne extraite de la brochure du discours du professeur Roman Zglobicki, prononcé lors de la présentation du futur centre culturel européen " Meetingpoint Music Messiaen" le 22/01/2010 à  Bruxelles.

 
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 26 Sep 2008, 13:44    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
bigornéa
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2008
Messages: 607

MessagePosté le: Sam 27 Sep 2008, 15:41    Sujet du message: Historique du stalag VIII A Répondre en citant

Citation:
Cet article est repris du périodique :‘ ALLO…. GÖRLITZ ‘ publié par L’Amicale Belge des Anciens du Stalag VIII A.






Création du Stalag VIII A:

Dès le 23 juin 1939, les autorités allemandes à une réunion de leur Conseil pour la production, décidèrent, tant dans les usines que dans l’agriculture, d’utiliser la main-d’œuvre que pouvaient fournir les prisonniers de guerre.Pour ce faire, la réalisation d’un premier camp de p.g. est envisagée. La première Kommandatur d’un camp à Görlitz prendra place dans la caserne Coubière à Görlitz-Est. Après la défaite de la Pologne, commence la deuxième guerre mondiale. Déjà arrivent les prisonniers polonais, ils seront logés sous tentes dans la Laubaner strasse, à Görlitz-Est. Bientôt 10.000 prisonniers occuperont ce camp, parmi eux se trouvaient des civils et des femmes. Ce camp deviendra un Dulag –camp de transit.Mais la plus grande partie de ces prisonniers polonais seront transférés dans un camp, alors en construction, sur une plaine d’exercice de plus ou moins 5 hectares située rue Seidenberger, à la sortie de Görlitz en direction de Reichenau.Les baraques en bois provisoires seront remplacées par de massives baraques en dur. Fin 1940 et début 1941, 58 baraques seront érigées dont 14 pour la Kommandatur, deux pour les cuisines, une pour prison, une pour la cantine, etc…

Le 16-09-1940, le camp prit officiellement le nom de Stalag VIII A Il était entouré d’une haute clôture de fils barbelés et de place en place de miradors permettant de surveiller l’intégralité de l’enceinte.

Réservées aux prisonniers Russes, 20 baraques seront isolées par une double rangée de barbelés. Plus tard une partie de ces baraques sera réservée aux Italiens internés à la suite de la capitulation de Badoglio.

Lors de la création du Stalag VIII A, d’autres camps furent construits dans le Wehrkreis VIII de Breslau : Lambsdorf VIII B, Sagan VIII C, Teschen VIII D, Schönfeld VIII E et Lambsdorf VIII F.

Le recrutement de la main d’œuvre prisonnière se faisait selon les besoins allemands, soit pour l’agriculture, soit pour l’artisanat, la petite ou la grosse industrie. Les principaux Kommandos dépendant du Stalag VIII A se répartissaient sur un grand territoire : Sudenten, Braunau, Trautenau, Hohenelbe, Brunzlau, Habelschwerd, Jauer, Hirschberg, Landeshut, Glatz, Lauban, Löwenberg, Rothenburg, Strelen, Schweidnitz, Waldenburg, Frankenstein, Görlitz, Goldberg.

29.468 prisonniers se répartissant en 21.784 Français, 5.254 Belges, 2.365 Yougoslaves et 65 Polonais dépendaient su Stalag VIII A et des Kommandos extérieurs à la date du 17-06-1942.

Les Russes, non protégés par la Convention de Genève, étaient laissés par l'Administration allemande dans un tel état de sous-alimentation que ces malheureux décédaient de maladie, de faim, d’épidémie. Ils étaient enterrés dans une fosse commune à l’extérieur de l’enceinte.

Dans l’ensemble des camps dépendant de Breslauer Werhrkreis, (Teschen, Sagan, Görlitz, Goldberg), il y avait 223.350 prisonniers 12 pays.

Quant à la séparation des Belges entre Flamands et Wallons, le but des Nationaux-Socialistes étaient d’incorporer les Flamands d’origine germanique au peuple allemand.
Ainsi rentrèrent au pays :

le 17-12-1940 : 1.527 Flamands

le 10-02-1941 : 1.422   "    "

le 11-02-1941 : 1.348   "    "










Dernière édition par bigornéa le Mar 16 Déc 2008, 17:28; édité 1 fois
Revenir en haut
gayant
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2008
Messages: 384
Localisation: Nord

MessagePosté le: Mer 29 Oct 2008, 15:11    Sujet du message: stalag VIII A aspect général Répondre en citant

Voici une image du stalag VIII A à Görlitz, provenant d'une page déchirée d'un livre dont j'ignore le titre.


JM


Dernière édition par gayant le Mer 31 Déc 2014, 14:28; édité 3 fois
Revenir en haut
bigornéa
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2008
Messages: 607

MessagePosté le: Mer 29 Oct 2008, 19:57    Sujet du message: Le stalag VIII A aspect général, historique.... Répondre en citant

Yes Okay merci beaucoup
Les membres suivants remercient bigornéa pour ce message :
Revenir en haut
bigornéa
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2008
Messages: 607

MessagePosté le: Mar 16 Déc 2008, 16:52    Sujet du message: Historique du stalag VIII A Répondre en citant

1940 le commencement

Le premier groupe de prisonniers à arriver étaient tout le polonais, et pour le mois de juin 1940 il y avait de 15.000 d'entre eux au camp utilisé dans le bâtiment d'autres de casernes, mais ils ont été graduellement rédigés ailleurs pour être employés comme travailleurs. Le camp avait devenu adaptent à 30 casernes, qui dans le plus grand des circonstances pourraient loger 500 hommes, 15.000 au total, et ainsi quand 40.000 soldats français et 8.000 belges sont arrivés au cours de l'été là étaient surchargement brut et bon nombre d'entre eux ont été obligés de dormir dehors dans des tentes, avec seulement les équipements les plus primitifs disponibles à eux. Vers la fin de la caserne de l'année 56 les huttes avaient été construites, y compris deux grandes cuisines, 14 des casernes étaient réservées pour les gardes et le poteau de commande. Le processus de loger des prisonniers dans ces nouvelles casernes a commencé en décembre 1939 et vers la fin de tente le logement 1940 n'était plus nécessaire. On l'avait prévu que le Stalags VIIIA, B et C tiendrait seulement des prisonniers d'une nationalité spécifique, des Belges, des Anglais et le Français respectivement, toutefois pendant que le temps portait sur les caractères pratiques de faire ceci a mené au plan étant abandonné.



Pour le mois de février 1941 tous les Polonais avaient été enlevés du camp et seulement quelques cent français et Belges sont restés. Ceux-ci ont été laissés parce qu'ils ont fonctionné dans le camp, étaient trop malades pour travailler, ou avaient refusé de travailler, et ensemble ils ont commencé améliorer les conditions. Avec l'addition d'une étape, la hutte 27B a été transformée en théâtre pendant les mois premiers de l'année, 28A a été converti en chapelle catholique, 28B est devenu un hall de conférence mais seulement pour des classes par les professeurs allemands et dans leur langue, une cantine était ouverte pour des affaires, et un hôpital de prisonnier de guerre a été ouvert dans Görlitz en août. À cette heure un certain nombre de nationalités en plus du Français et des Belges prenaient la résidence dans le camp ; Russes, Tchèques, Serbes, et également 20 prisonniers britanniques qui traversaient le camp avant d'être déplacé ailleurs.

1941 - Améliorations culturelles

Amèrement une nuit de froid le 15 janvier, avec les températures descendant à -4°C, Olivier la composition autoritaire et horrible de Messiaen de Quatour versent la La Fin du Temps (quartet pour la fin du temps) a été donné son exécution de début devant une assistance du prisonnier de guerre. Messiaen, un prisonnier français, avait conçu et avait parqué le travail chez Stalag VIIIA, prenant l'inspiration du livre de la révélation et de son désir d'échapper à la misère de sa situation. « Nous étions 30.000 prisonniers (Français pour la plupart, avec quelques Polonais et Belges), » avons rappelé Messiaen. « Les quatre musiciens ont joué sur les instruments cassés : Le violoncelle d'Etienne Pasquier a eu seulement 3 cordes ; les clefs de mon piano droit sont demeurées abaissées si déprimé… c'est sur ce piano… ce moi a joué mon quartet pour la fin du temps, devant une assistance de 5000 personnes… jamais avant I n'ont été écoutés avec un tel attention et arrangement. » La balance de l'assistance est censée avoir été d'une manière extravagante exagérée et la vraie figure était entre trois à cinq cents. Le morceau hour-long s'est composé de huit mouvements pour le violon, violoncelle, piano, et le clarinet, qui était à la disposition des musiciens chez le camp et le Messiaen avait délibérément écrit sa composition autour de eux. Le quartet pour la fin du temps a depuis reçu la grande acclamation de la critique et a grêlé en tant qu'un des morceaux les plus brillants du 20ème siècle. Pour de plus amples informations, allez à www.oliviermessiaen.org.



1942 éducation

Les prisonniers réussir à gagner plus de flexibilité dans le hall de conférence et ont été autorisés pour nommer des instructeurs de leurs propres rangs, et ainsi les hommes qualifiés ont commencé à parler d'autres prisonniers intéressés sur des sujets tels que la langue, les maths, la Science, et la loi. En raison du mélange des prisonniers et du dialecte, la langue neutre est devenue allemande.

1943 arrivée des Anglais

Stalag VIIIA a accueilli ses premiers prisonniers permanents des Anglais et de Commonwealth le 19 septembre 1943. L'invasion alliée de l'Italie avait eu comme conséquence les prisonniers étant enlevés du pays sur les camps allemands, et un train-load était arrivé de chacun de P.G. 52 (Chiavari), 57 (Grupignano), et 82 (Arezzo), portant 2.500 hommes en tout. Plusieurs de ces hommes avaient été capturés dans le combat à travers l'Afrique du Nord et ainsi avaient acquis beaucoup d'expérience de la vie de prisonnier de guerre et ont su rendre des conditions plus plaisantes qu'elles seraient pour les non-initiés. Les autorités de camp chez Görlitz avaient reçu peu d'avis qu'un si grand groupe de prisonniers arriverait, et par conséquent là surchargeait. Le problème a commencé à soulager très rapidement pendant que les nouvelles arrivées étaient envoyées loin au travail à une partie du Kommandos, et d'ici peu la population des Anglais et de Commonwealth au camp elle-même avait été réduite à l'des 1.000 hommes plus maniables, et chacun a eu une couchette. On ne s'est pas attendu à ce que des colis de Croix-Rouge arrivent pendant un long moment, mais en attendant les Belges et les Français étaient la nourriture, les cigarettes, et les couvertures les plus généreuses et les plus remises de leurs propres actions. Au commencement, bien que dans le même composé, on n'a pas permis le contact entre les Anglais et les autres nationalités, toutefois cette politique a été écartée à temps et tous les prisonniers pouvaient se mélanger librement et apprécier les mêmes équipements.



La machine administrative des Anglais avait donné un coup de pied dedans la minute où ils étaient arrivée avec des commandants choisis représenter chaque caserne, et des groupes établis pour assurer la distribution de la nourriture, des colis de Croix-Rouge, et des lettres, alors que les services tels que des cordonniers, des tailleurs, des coiffeurs, des charpentiers, et des inspecteurs d'hygiène surgissaient également spontanément. Moins essentiel mais néanmoins les groupes importants pris naissance ont consacré à amuser les hommes et à veiller qu'il y avait toujours quelque chose disponible pour qu'ils fassent ; comme les sports et les theatricals habituels, à travers aux infrastructures scolaires, une bibliothèque, arts et équipements de métier, jardinage, et une église. Le « homme britannique de la confiance » était RSM J.J. Rossouw, avec RSM W.F. Van Winsum agissant en tant que camp Sergent-Principal.


1944 - Coup de main



Pour le mois de septembre 1944 la population britannique avait atteint 1.300 avec 2.000 plus encore fonctionnements ou plus dans le Kommandos en dehors du camp. Spécifiquement le contingent britannique a été composé des 470 Anglais, de 400 Africains du sud, de 330 Néo-zélandais, de 90 Australiens, et d'un hotchpotch de d'autres. La Croix-Rouge partage était arrivée régulièrement jusqu'à août et les prisonniers avaient pu vivre comme pourrait être prévu, mais vers la fin de l'année les livraisons devenaient de plus en plus rares jusqu'à ce qu'aucune n'ait atteint à travers tous. Les prisonniers russes n'ont eu aucune organisation de Croix-Rouge pour soutenir elles et ainsi les Anglais partagés avec eux ce qu'ils pourraient épargner de leurs colis. Dans la finale peu de semaines des troupes des USA de l'année 1.800 sont arrivées au camp dans a loin d'état bel, et ainsi un effort semblable a été monté, cette fois avec la permission du Kommandant, mais il était clair que ce que les Anglais pouvaient épargner n'était pas assez.

1945 - Mars obligatoire



Car l'armée rouge a continué son avance implacable par le territoire occupé allemand, des camps dans l'est ont été évacués et ses occupants ont été forcés de marcher à l'ouest, et un grand beaucoup d'hommes de Stalag 344 est arrivé à Görlitz, ayant supporté le temps effroyable d'hiver. Le 14 février l'évacuation de Stalag VIIIA a commencé quand un grand groupe de soldats des USA avec les 140 Anglais ont été marchés au loin, suivi sur le next day des 1.200 plus encore. Le 17 février un train d'hôpital a rabattu 700-800 prisonniers de malade loin à Stalag XIB, alors que le petit nombre pour qui la pièce ne pourrait pas être trouvée procédée à pied ou sur le dos des chariots hippomobiles. Ce processus a continué jusqu'à ce que le camp ait été vide et abandonné, toutefois quelques prisonniers s'étaient cachés dans lui pour attendre l'arrivée des Russes et de leur liberté.



Le nombre d'hommes que Stalag VIIIA et son Kommandos ont tenus n'est pas sûr. Au-dessus de la durée de sa vie le camp a été noté par la Croix-Rouge internationale pour avoir tenu 21.784 Français, 5.254 Belges, 2.365 Yugoslaves et 65 Polonais. C'est spéculation mais on le croit qu'autant de comme 100.000 prisonniers polonais ont pu avoir passé par le camp à un certain moment ou autre. Les quantités de prisonniers russes tenus est également vague, mais on le sait que 16.000 d'entre eux sont morts de la maladie ou de la malnutrition à Görlitz, et ils ont été enterrés dans les tombes de masse à l'arrière du camp.


Traduction de ce site :
http://www.pegasusarchive.org/pow/frames.htm
Revenir en haut
bigornéa
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2008
Messages: 607

MessagePosté le: Mar 16 Déc 2008, 17:06    Sujet du message: historique du stalag VIII A Répondre en citant

Le Stalag VIIIA été entouré par une double rangée de barbelé clôturant, autour de laquelle ont été placés 10 watch-towers. À l'intérieur de la voie de base là tenue 2 huttes de poteau de commande et les 12 casernes qui ont servi de quarts de gardes, entremêlées avec de divers secteurs abrités pour que les hommes se tiennent non exposés aux éléments. La terre qui a entouré le camp était approximativement 74 acres dans la taille et la fente en bas du milieu par une route droite allant de la voie de base au seul l'autre point d'accès, près de à la chapelle. Du côté nordique de cette route était le composé qui était à la maison le britannique, français, aux Belges et aux Serbes, tandis qu'aux sud s'étendez les Russes et les Italiens. Il y avait 40 casernes en tout, aussi bien que d'autres bâtiments qui ont servi de bureau administratif, de réserves, de nourriture, de prison, de bloc de désinfection, et de deux infirmeries. Il y avait une autre hutte, entourée par une barrière, qui a tenu ces prisonniers qui attendaient l'épreuve pour un crime ou un autre, tel que l'évasion, et bien qu'il n'ait pas été que ils soient distinguable du repos leur une jambe de pantalon a été peint rouge.



Les casernes mesurait 50 x 10 mètres et étaient composées d'un plancher de brique qui avait été étendu sur la terre unleveled, neuf pieds - hauts murs faits à partir de la brique et le plâtre, un toit imperméable, et un plafond de plaque de plâtre. Les seuls moyens de l'entrée étaient une porte à l'avant, immédiatement au delà de ce qui étaient deux salles de flanquement de toilette. Les couchettes étaient trois-à gradins et chaque hutte convenait au logement de 350 hommes, cependant dans des circonstances extrêmes que des 150 plus encore pourraient être fourrés dedans. Au centre de la salle là a tenu un grand fourneau carrelé. Près de au milieu de chaque hutte étaient deux salles de toilette, une dont étaient plus grandes que l'autre et contenues trois double-cuvettes avec un robinet, alors que la salle plus petite tenait deux choisit et dans certains cas également une cuvette de cuivre afin des vêtements de ébullition. Les prisonniers ont enlevé les fenêtres simples dans les huttes pendant l'été pour améliorer la ventilation, mais pendant l'hiver ceux dans les salles de toilette ont dû être maintenus clôturés et scellés avec le moule de feuille pour empêcher les conduites d'eau de geler. Les fossés profonds ont servi d'égout pour conduire les eaux usées au delà du camp.



La méthode allemande de gaz favorisé par désinfection, et tous les prisonniers ont dû rendre leurs vêtements, couvertures, et kit personnel pour nettoyer tous les trois mois, tandis que ceux qui avait été marché au camp des autres étaient obligées pour mettre le leur par ce processus immédiatement. On a permis aux hommes eux-mêmes les douches chaudes deux fois par semaine.


Vie quotidienne



Un jour typique débuterait à 05:30 quand de l'eau chaude pouvait être apportée de la cuisine pour faire le thé ou le café, mais il n'était pas nécessaire de se réveiller jusqu'à 06:45 quand le défilé de contrôle s'est appelé. Le déjeuner suivait, après quoi les prisonniers étaient libres pour se livrer à quelque poursuites ils aient pensé l'ajustement jusqu'au déjeuner, qui a été bombé dehors à partir de 10:00 en avant. Après ceci les hommes ont retourné à leurs affaires, et le jour pourrait culminer avec un jeu ou un film, ou un grand match de football qui serait observé par une grande foule. Le jour était officiellement fini à 22:00 quand les lumières étaient éteintes.



Obtention des nouvelles



L'obtention des nouvelles de la guerre et des évènements dans le monde plus large était un grand problème, pas mineur parce qu'il y avait une interdiction de n'importe quelles nouvelles à jour étant distribuées autour du camp, pour des gardes comme des prisonniers. Les Allemands ont distribué deux journaux parmi les Anglais, « le camp » et des « nouvelles de prisonnier de guerre » tandis que d'autres étaient distribués au Français et aux Russes, bien que tous aient été résolus avec la propagande Anti-Alliée et pendant que tels étaient considérés par les prisonniers davantage comme une source d'humeur de lumière qu'une vraie indication de ce qui allait sur la maison arrière.



La seule manière d'obtenir une vue équilibrée de la situation était d'écouter dedans sur les actualités télévisées britanniques, américaines, et russes. Les hommes qui avaient été envoyés au travail dans Kommandos étaient les plus riches à cet égard parce qu'ils ont eu accès aux radios, et s'ils avaient également accès à un garde bribable puis ces nouvelles pourraient être passés en contrebande de nouveau à Stalag VIIIA. Après beaucoup d'ennui les hommes à Görlitz ont avec succès construit deux avec de leurs propres postes radio, se servant d'une valve d'un des projecteurs de film dans le cinéma, aussi bien que d'autres articles qui ont été inventés intérieurement ou faits du chantage d'un garde. À partir de ce moment là les prisonniers pouvaient prendre des nouvelles de la BBC, de New York et de Moscou, et des rapports ont été distribués de la hutte à la hutte et ont donné lecture chaque nuit à la foule assemblée. Les radios étaient les articles illégaux à l'intérieur de Stalags, et pour des raisons de sécurité ceux qui étaient « dans la savoir » quant à où la radio a été située étaient peu et loin entre. Si un prisonnier négligent informait une garde d'un article des nouvelles qu'il ne pourrait pas avoir probablement sues sans il y a une radio secrète dans le camp puis le Gestapo ferait un immédiat balayer. La radio qui a été basée dans le théâtre a été découverte pendant une telle incursion, de même que deux opérateurs qui écoutaient la BBC alors et leurs crimes ils ont été envoyés à un autre camp. L'autre a placé, enterré dans un sachet en plastique sous une boîte de graine dans un des jardins, resté non découvert malgré le rasage étroit impair. Sur une incursion particulière les prisonniers ont été forcés de se tenir dehors en conditions de congélation pendant des heures tandis que la recherche était effectuée. Des lances ont été utilisées pour sonder les jardins, et un de ces derniers a relevé de 8 pouces d'or saisissant.



Le procédé d'écouter la radio était comme suit : les gardes ont été accoutumés aux prisonniers rassemblant quelques légumes du jardin pour prendre à l'hôpital, et ainsi faisant avancer la radio de la boîte de graine un approvisionnement symbolique en verts n'a pas été froncé les sourcils au moment. Sur le chemin à l'hôpital l'homme portant la radio s'arrêterait pour un repos au magasin de colis où le paquet a été placé contre le mur de magasin, extrémité dessus, sur quoi un aileron dans le mur s'ouvrirait vers l'intérieur et la radio serait recherchée, invisible, et utilisé. Une fois que l'opérateur était de finition, la radio accompagnerait alors les légumes à l'hôpital, après quoi elle serait retournée à son endroit sous le jardin. Parfois les légumes ont été aussi bien retournés, mais les gardes non jamais notées.


Nourriture



Comme avec la plupart camp n'importe quelle tentative de préparer la nourriture a été généralement limitée à bouillir un certain nombre d'ingrédients dans un potage. L'espace dans la cuisine était restreint, mais ils étaient équipés des chaudières de 200 et 300 litres qui étaient chauffées par la vapeur de sorte que la nourriture ne brule pas. D'ici la nourriture a été vidée dans des baquets capables des portions de la possession 42 du potage ou de 80 pommes de terre en robe de chambre, qui ont été habituellement servies par le passé ou deux fois par semaine. Dans tous les cuisiniers pourrait produire 4.650 litres chaque jour qui servirait un nombre presque équivalent des hommes.



De l'eau chaude était distribué à 05:30,de ¾ litre par homme par jour, et ceci pourrait être utilisé pour faire le thé ou le café, ou pour laver les vêtements . Le contrôle suivant défilent les prisonniers ferait une tasse du thé pour accompagner leur déjeuner, une tranche de pain. À tout moment entre le 10:00 et le 16:00 un potage serait servi, et pour le thé les prisonniers ont fini outre de n'importe quel pain qu'ils avaient épargné du matin, mélangé dedans à quelque chose de leurs colis de Croix-Rouge.


Sources:
http://www.pegasusarchive.org/pow/frames.htm


Dernière édition par bigornéa le Mar 16 Déc 2008, 17:08; édité 1 fois
Revenir en haut
bigornéa
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2008
Messages: 607

MessagePosté le: Mar 16 Déc 2008, 17:07    Sujet du message: Historique du stalag VIII A Répondre en citant

Le ventilateur standard, construit par Ian Stewart et Mac McClintick. Construit sur un bâti en bois, il a été principalement construit des bidons utilisés ; 2 bidons de cacao, 5 bidons de Klim, 8 beurrent les bidons, 1 étain de biscuit, et 2 bidons de chocolat de la Nouvelle Zélande. Cette forme avancée du dispositif fonctionne à côté de placer les braises brûlantes dans le foyer de bidon sous le ventilateur, et puis de tourner une poignée reliée à une série de vitesses et d'un ventilateur qui conduit la chaleur dans le ventilateur, chauffant n'importe quoi du café au gruau. Tournez la poignée lentement et les simmers de repas, tournez-les rapidement et le dispositif est transformé en fourneau miniature qui apportera des substances à l'ébullition presque dans un instant. Il a pris Stewart et McClintick quatre heures pour faire chaque ventilateur, et il a été vendu au prix de 80 cigarettes.




http://www.pegasusarchive.org/pow/frames.htm
Revenir en haut
bigornéa
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2008
Messages: 607

MessagePosté le: Mar 16 Déc 2008, 17:11    Sujet du message: Historique du stalag VIII A Répondre en citant

Religion



Avant septembre 1943, quand arrivée britannique, la religion dominante dans le camp était catholicisme. En 1941, la hutte 28A a été convertie en chapelle d'où le père Henry Duthoit a conduit des services réguliers tout en ayant l'appui du diocèse de Cambrai. À temps plusieurs artistes avaient décoré la chapelle avec un certain nombre de travaux d'amende, y compris une description du dernier dîner au-dessus du haut autel. Après leur arrivée, des catholiques britanniques ont été incorporés au système well-oiled de now, toutefois leur arrivée inattendue avait posé un problème de surchargement important et jusqu'à ce que plusieurs de ces hommes aient été envoyés loin à Kommandos elles ont dû faire leurs lits partout où il y avait l'espace et abri, et ceci a inclus le plancher de la chapelle.


Tous les padres britanniques, parce qu'ils ont tenu des rangs de dirigeant, ont été rapidement transférés à un des camps d'Oflag, et ainsi du sergent que Whitton les a pris sur se pour mener les services protestants. Car ils n'ont eu aucune base permanente pour le but, le rassemblement a assemblé partout où l'espace pourrait être trouvé et à aucune heure d'ensemble. Des hymnes ont été écrites sur des tableaux noirs et le long au commencement chantées au bruit d'un accordéon, mais pour le mois de novembre 1943, grâce au YMCA et le service de Chaplaincy au prisonnier de guerre, elles pouvaient fournir des bibles et des livres d'hymne. Les protestants français et belges dans le camp étaient le vin le plus coopératif et le plus fourni et d'autres appareils nécessaires de sorte que dans un délai de deux semaines du premier service les Anglais aient pu tenir la communion. En février 1944 Pretyman corporel avait rassemblé un choeur, et avant que Pâques Padre Jenkins soit arrivée, avait suivi en juin de Padre Wrigley. Ensemble ils ont fait beaucoup pour améliorer la qualité de vie pour leurs paroissiens, et ont également mené des services pour les prisonniers serbes de la foi orthodoxe grecque, incitant un lien entre les Anglais et les Serbes.
http://www.pegasusarchive.org/pow/frames.htm
Revenir en haut
bigornéa
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2008
Messages: 607

MessagePosté le: Mar 16 Déc 2008, 17:15    Sujet du message: Historique du stalag VIII A Répondre en citant

Jardinage



En avril 1944 la permission obtenue britannique d'employer une section triangulaire de la terre, couvrant environ une acre, afin du jardinage. Des graines ont été généreusement données des cultivateurs en Grande-Bretagne, par l'intermédiaire de la Croix-Rouge, et presque immédiatement 350 parcelles de terrain ont été assignées, d'être contrôlé cependant le propriétaire ont choisi. Quelques cosses ont été publiées par les gardes, mais la plupart des outils ont dû être improvisées par les jardiniers. Une section de l'attribution a cultivé la moutarde, le cresson, et les diverses récoltes telles que la bette de radis, de choux, de laitue, d'oignons de ressort, de carottes, de tomates, de pommes de terre, de betterave, et, pour améliorer le régime des patients dans l'infirmerie.


Sport



Il y avait abondance de terre disponible aux résidant de Stalag VIIIA. Pendant les débuts le Français et les Belges avaient creusé et avaient nivelé un terrain de football normal proche, ainsi qu'un basket-ball et deux cours de volleyball. Le tennis a été également joué bien qu'il n'ait jamais décollé car un événement violemment contesté qui a réveillé les spiritueux des prisonniers. Avec la saveur internationale du camp il était commun pour un pays pour jouer des autres, ou une équipe qui a compris le meilleur du repos.



Quand les Anglais sont arrivés là étaient un certain nombre d'allumettes vives de rugby, profondément approuvées par les Néo-zélandais, toutefois ceci n'est pas devenu un montage régulier parce que la terre était très dure et les dommages étaient banaux. Le premier jeu international a été tenu en hiver de 43/44 et a vu la bataille d'Anzacs dure dans la neige pour une victoire 8-0 sur un côté d'Anglo-Springbok. Pâques a apporté une allumette de tout-Kiwi entre l'île du nord et de sud, que le nord a gagné 13-5. Le dernier jeu de la saison a été joué en avril entre la Nouvelle Zélande et le repos, où les kiwis ont encore prouvé leur dominance avec une victoire 14-3 confortable.



En échange pour les présenter aux plaisirs du rugby, le Français et les Belges ont instruit leurs amis de Commonwealth dans les règles du basket-ball. À peine qui ont combattu sous le drapeau britannique en ont su jouer le jeu et l'ont considéré comme quelque chose pour des filles, toutefois leur intérêt s'est développé après une introduction quand elles se sont rendues compte que requis beaucoup de compétence et pourraient devenir très physiques. De divers matchs internationaux ont été joués, et à temps les équipes de Commonwealth ont commencé à battre leurs professeurs, et également une ligue a été créée qui s'est composée des équipes représentant de diverses huttes. Le volleyball était l'un des sports plus populaires dans le camp dû au nombre de personnes élevé qui étaient disposées à le jouer, et comme tels qu'il a exigés deux ligues et cours supplémentaires ont dû être creusées et nivelées.



D'autres sports, le base-ball avait été appris en Italie et a été considérablement prévu dans la perspective des mois d'été, toutefois l'équipement était rapide pour porter et impossible à remplacer ainsi il n'a pas enlevé autant qu'a été espéré. La boxe et la lutte ont été pratiquées, de même que le ping-pong.



Pendant l'été de 1944 le terrain de football a été converti en athlétisme rectifié où les divers évènements d'athlétisme ont eu lieu, y compris le fonctionnement, long saut, et javelot. L'enthousiasme pour la réunion était très haut, et tous les concurrents attired dans leurs couleurs nationales ou ceux de leur hutte particulière. Le 26 mai le jour a été gagné sur des points par l'équipe d'Anzac, suivie de la France, de la Belgique, de l'Angleterre, et de l'Afrique du Sud. Les voix d'Australien et de kiwi ont été notées en tant qu'étant parmi le plus fort, et selon des rapports elles ont secoué les cieux quand Ken McInnes a cassé le disque de 100 mètres de Stalag VIIIA en finissant en 11.2 secondes.




L'été a également apporté le cricket au camp, mais comme avec le base-ball, la conclusion des matériaux nécessaires était quelque chose d'un problème. Toutefois les tronçons étaient dans-camp manufacturé, des boules ont été créées utilisant la corde et les laines dans de vieilles chaussettes, et à l'aide de l'argile bien-arrosé et d'un rouleau qu'elles ont réussi à produire un guichet satisfaisant pour jouer dessus. Pour assurer chacun était heureux, les joueurs ont été divisés en tels qui étaient de bons joueurs de cricket et ceux qui ont simplement souhaité balancer la batte dans chaque direction et ont un peu d'amusement. A et une ligue de B ont été formés pour couvrir les deux modèles, et les deux ligues ont été gagnées par les occupants de la hutte 34B. Un match d'essai de deux jours a suivi en septembre 1944 entre l'Anzacs et une équipe sud-africaine, qui ont comporté un Anglais symbolique. Les conditions étaient idéales et une grande foule s'est avérée être témoin de la victoire d'Anzac. Dans la foule, comme toujours, il y avait « rappelle » qui étaient jamais impitoyables quand ils sont venus à chahuter un moment de mauvais jeu.



Sur les cartes latérales beaucoup moins physiques étaient un favori de nuit, et pendant de longues et froides nuits d'hiver, des concours de pont ont été arrangés. Il y avait même un concours potable de bière, naturellement tenu officieusement, toutefois il n'a pas produit un gagnant clair parce que tout le monde a uniformément exigé un re-match.
http://www.pegasusarchive.org/pow/frames.htm
Revenir en haut
bigornéa
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2008
Messages: 607

MessagePosté le: Mar 16 Déc 2008, 17:36    Sujet du message: Historique du stalag VIII A Répondre en citant

http://www.pegasusarchive.org/pow/frames.htm


Éducation



La perspective pour commencer les classes éducatives d'abord a été légèrement limitée pour les Anglais en termes d'espace et matière, cependant une fois que le processus d'enlever des hommes sur le Kommandos débutait ceci a commencé à soulager, et le Comité d'activités a formé le sous-comité d'éducation, qui a surveillé tous les sujets relatifs. Grâce à un cadeau des livres de Stalag VIIIB chez Lamsdorf, les Anglais pouvait créer les bases d'une bibliothèque, qui s'est développée au-dessus de grâce de temps aux contributions de valeur inestimable de la Croix-Rouge, du YMCA, des Chambres coloniales, et des divers organismes tels que l'institut des directeurs commerciaux, l'institut des épiciers certifiées, les mineurs, et l'institut royal des architectes britanniques, aussi bien que les donations des prisonniers elles-mêmes. La bibliothèque a été basée dans un secteur divisé à l'extrémité de la hutte 33, voisine les coiffeurs, magasin de sports, charpentiers font des emplettes, pièce d'appui verticaux, et pièce de répétition. À sa taille la bibliothèque s'est tenue au-dessus de 7.100 livres, deux-tiers dont ont été distribués parmi le divers Kommandos attaché à Stalag VIIIA, à lire dedans les quelques heures que ces hommes ont pris pour des loisirs. Les livres ont couvert un éventail de sujets, des travaux fictifs, un grand beaucoup dont ont été placés en débuts des Etats-Unis, aux livres sur des sujets tels que l'urbanisme et un cours complet de la navigation.


Avec ce corps nécessaire en place, le sous-comité d'éducation pouvait contempler installer une université de Stalag. Jusqu'à présent un ou deux groupes de travail avaient surgi de leur propre Accord, mais car toutes les huttes étaient en service il était difficile d'envisager comment quelque chose beaucoup plus grande pourrait décoller. Comme avec la plupart des autres activités, les Anglais ont approché les Français et les Belges pour essayer et trouver des lacunes dans leurs propres horaires pour lesquels ils pourraient se servir de leur excellent hall de conférence dans la hutte 28B. L'année d'université a commencé le 8 février 1944, a mené par un groupe de désireux et des conférenciers qualifiés qui ont donné l'instruction à 400 hommes, augmentant à 500 vers la fin du mois, et des examens ont été tenus en juin et tous les trois mois ensuite. Les cours disponibles pour l'étude étaient comme suit :



Langues - anglais et littérature, Français, Allemand, Italien, afrikaans, et un arabe de bâche de groupe de travail.


Mathématiques - arithmétique, algèbre, géométrie, trigonométrie, et calcul.

Comptabilité et commerce - comptabilité I et II, comptes avancés, comptes de coût, pratique de secrétariat, sciences économiques, S.A.R. et comptes de H.

Loi - droit des sociétés, le code de commerce de SA, loi d'insolvabilité, groupe anglais de loi, loi de police de SA.

Sujets culturels, professionnels, et professionnels - logique, géologie, histoire, géographie, génie automobile, électrotechnique, agriculture et production animale, Salesmanship, sténographie (élémentaire et avancé).

Arts - schéma, peinture, art commercial et schéma.

En plus de ces classes il y avait nombreux et les cours pratiques populaires qui ont enseigné la reliure, mécanique dentaire, menuiserie, et les premiers soins ce qui a été enseigné par les médecins conseil britanniques au camp, sur lequel des étudiants seraient donnés écrite et examen pratique, ensemble à Genève, et elle leur gagnerait un certificat de rue John. La société dramatique a tenu des jeu-lectures aussi souvent qu'elles pourraient dans la salle beaucoup-exigée de répétition. Une sous-branche de la société était le groupe de lecture de Shakespeare qui a tenu des réunions presque chaque semaine pour ceux intéressées au dramatics, où les lectures ont eu lieu comme des discussions sur l'histoire du drame et de la littérature Shakespearian.



Plus pour le divertissement que toute autre chose, l'aspect éducatif se sont prolongés aux nuits de jeu d'Inter-hutte, qui était l'une de beaucoup d'activités prévues pour inspirer un peu d'intérêt une nuit autrement mate.



Fonderies Ltd de K.G.



Juste en dehors de de la hutte 34B, autour du coin reculé, là a actionné une fonderie illicite. Fonderies Ltd de K.G., habilement contrôlées par Joe Stratford, Hori Clark, et Peter Wootten, ont été établies pour fournir des insignes de chapeau de rechange aux prisonniers qui manquaient leurs propres. Des insignes existants ont été pressés dans le sable ou des moules de savon, alors que le métal était chauffé dans un bidon anglais de fromage, et une fois que frais, les insignes étaient finis avec un peu du fonctionnement fin utilisant un canif ou un dossier. La conclusion des outils et des matériaux appropriés était un problème qui a été seulement surmonté par la détermination résolue. Le matériel de bâti initial était un fil, qui dans une ancienne vie avait été une pipe sous l'évier dans le magasin de l'électricien allemand, toutefois à temps des métaux plus appropriés sont devenus disponibles et dans un plus grand nombre, et ainsi la fonderie a commencé la production par lots régulière. La collection d'outils s'est développée impressionnant avec le temps, bien que les chercheurs de Gestapo aient confisqué le sort quand un détecteur de mines les a trouvés enterrés dans une correction de jardin. La fonderie récupérée de ce recul et pendant son existence a fait approximativement 2.000 insignes utilisant 80 conceptions différentes. Les insignes de chapeau ont coûté à 30 cigarettes par morceau, tandis que des insignes de collier ont eu le prix indiqué à 20.


Le magasin d'échanges



Avant que les magasins d'échanges n'existent, les prisonniers ont tendu à constituer les groupes qui ont partagé leurs possessions pour le bénéfice mutuel. Le lâche de Charles est arrivé vers la fin de 1944 de Stalag 344, et en voyant le problème de beaucoup d'hommes allant en dehors, il a demandé et a été donné la permission d'installer un magasin d'échanges. Merci à aider de ceux dans le camp il pouvait commencer à commercer après seulement quelques jours, et ses étagères ont été remplies d'exemples de la plupart de tout ce qui était dans la circulation, des vêtements, ceintures, et des rasoirs, aux stylos et à toutes sortes de nourriture. Comme avec la plupart des choses le prix des articles étaient évalué en cigarettes, mais des marchandises à la valeur de ont été permutées si possible. Par exemple, si un homme souhaité pour acheter le beurre et était disposé à faire une boîte de le lait durer deux semaines au lieu d'une, il vendrait effectivement son lait au magasin pour 35 cigarettes et achèterait une boîte de le beurre pour le même prix, mais pendant que le magasin devait tourner un bénéfice le propriétaire demandait donc 1 cigarette pour la transaction. Les bénéfices sont entrés dans les fonds d'assistance sociale de camp à sauver pendant un jour pluvieux, un jour qui est venu quand les Américains sont arrivés dans un état très déshérité en dernières semaines de 1944, et ainsi le magasin leur a donné tous ses bénéfices. L'opération entière a exigé la comptabilité simple pourtant complète, et les livres ont été régulièrement audités par le trésorier de camp. Le magasin était ouvert à 09:00 et fermait à 16:00, et depuis se produire lui avait aidé débarrassé le camp de l'exploitation par les racketteurs extérieurs, et a donné aux prisonniers beaucoup de cause pour le plaisir.
Revenir en haut
bigornéa
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2008
Messages: 607

MessagePosté le: Jeu 18 Déc 2008, 17:26    Sujet du message: stalag VIII A aspect général Répondre en citant

Revenir en haut
bigornéa
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2008
Messages: 607

MessagePosté le: Lun 30 Mar 2009, 10:22    Sujet du message: Historique du stalag VIII A Répondre en citant

Le Stalag VIII-A était un camp de PRISONNIER DE GUERRE allemand de du de la deuxième guerre mondiale juste à l'est de Görlitz , Allemagne (actuellement Zgorzelec , Pologne.) Avant la manifestation de guerre c'était un camp de Hitlerjugend .

Chronologie
En octobre le 1939 il a été modifié pour loger environ 15.000 prisonniers polonais du de l'offensive allemande du septembre 1939 . Par le le juin 1940 la plupart des Polonais avait été transféré à d'autres camps et remplacé par le Belge et le prisonnier pris par français de pendant la bataille de de la France . En même temps il y avait plus de 30.000 bloqués dans des équipements conçus pour 15. En 1941 un composé séparé a été créé pour loger les prisonniers soviétiques.500 Commonwealth britanniques les soldats sont venus des batailles en Italie. Enfin dans le défunt décembre 1944 1.800 Américains sont arrivés qui ont été rentrés la Bataille du Saillant . Le 14 février 1945 les Américains et les Anglais ont été marchés à l'ouest hors du camp avant le soviétique blessant en l'Allemagne.

Détenus notables
Il était là ce Olivier Messiaen , un prisonnier français du , fini composer le Quatuor versent la La Fin du Temps , un travail célèbre de la musique de chambre . Avec l'aide de quelques Allemands, il pouvait assembler trois autres prisonniers de guerre pour l'aider à exécuter le morceau pour le reste du camp.

souces: http://www.encyclopediefrancaise.com/Stalag_VIII-A.html
Revenir en haut
gayant
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2008
Messages: 384
Localisation: Nord

MessagePosté le: Lun 12 Avr 2010, 14:58    Sujet du message: Historique du stalag VIII A Répondre en citant

Sergine a participé le 22 janvier 2010 à la présenation, à Bruxelles, du projet de centre culturel européen "Meetingpoint Music Messiaen" qui sera implanté sur le site du stalag VIIIA. Son compte rendu et les documents sont dans ce sous forum ICI.

Elle a également ramené le compte rendu de l'intervention du professeur Roman Zglobicki, retracant l'historique du stalag VIIIA à l'aide de nombreuses photos. La plupart sont inédites en France ce qui rend le document particulièrement intéreressant. Les autorisations ont été obtenues pour pouvoir publier la brochure ici: doc 1, doc 2, doc 3, doc 4, doc 5, doc 6. En Polonais et en Anglais.

(Pour un usage strictement personnel, les photos illustrent aussi un livre édité en Pologne avec copyright)

Un grand merci à Sergine.


Sergine participated 2010 January 22,  at a presentation,  in Brussels, the European Cultural Center "Meetingpoint Music Messiaen" which will be located on Stalag VIIIA site. Her report and documents are in this sub forum HERE.She also took back the report of Professor Roman Zglobicki intervention, retracing the Stalag VIIIA history with many photos. Most are new in France, it's make the document particularly interesting. Permissions have been obtained for publication of the brochure here: doc 1, doc 2, doc 3, doc 4doc 5 , doc 6. Polish and English.

(Only for personal use, the pictures also illustrate a book published in Poland with copyright)

Thank you very much Sergine.


Dernière édition par gayant le Mer 31 Déc 2014, 14:32; édité 1 fois
Revenir en haut
jacthis


Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2009
Messages: 19
Localisation: Bruxelles

MessagePosté le: Lun 12 Avr 2010, 16:26    Sujet du message: Plan de Görlitz Répondre en citant

Pour une autre version du plan de Görlitz. voir aussi celle de Walter Hanse, PG, sur le site de François Calay: ICI
Elle est très claire car Walter Hanse est architecte et expert en matière de dessin.
Jacthis
_________________
membre de l'Amicale belge du Stalag VIII A, fille d'Albert Thisquen, prisonnier à Görlitz et interné résistant à Furstenberg (camp de représailles) du 15/8/40 au début février 41
Revenir en haut
LEA MARTIN DASZKIEWICZ


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2013
Messages: 10
Localisation: charentes maritime

MessagePosté le: Jeu 7 Fév 2013, 19:26    Sujet du message: Le stalag VIII A aspect général, historique.... Répondre en citant

MERCI POUR TOUTES CES IN FORMATIONS JE N AVAIS JAMAIS VU LE PLAN NI LA PHOTO DE CE CAMP JE SUIS TRES TRES EMUE...... EN PENSANT QUE MON PAPA LEON DASZKIEWICZ Y EST RESTE TANT D ANNEES..... CORDIALEMENT   LEA MARTIN DASZKIEWICZ
_________________
MON PERE LEON DASZKIEWICZ EST RESTE TRES LONTEMPS AU STALAG VIIIA JE POSSEDE BEAUCOUP DE LETTRES ET J AIMERAIS VOIR DES DOCUMENTS DE CE CAMP PHOTOS ENVIRONNEMENT(mon pere travaillait dans les forets)MERCI A VOUS
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:24    Sujet du message: Le stalag VIII A aspect général, historique....

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Stalags VIIIA, VIIIC Index du Forum -> Stalag VIIIA -> PHOTOS Le Stalag VIIIA de Görlitz -> Vie quotidienne et histoire du stalag Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

Sauter vers:  


Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.